Unboxing stylo 3D SUNLU SL-400

Alors comme expliqué dans l’article précédent, aujourd’hui on est parti pour l’unboxing puis le test du stylo 3D SUNLU SL-400 .

 

 

Camera

 

Canon EOS 1200D

 

 

Focal Length

 

42mm

 

 

Aperture

 

f/11

 

 

Exposure

 

1/200s

 

 

ISO

 

100

 

 

 

Stylo 3D SUNLU SL-400 Vue d'ensemble
Stylo 3D SUNLU SL-400 Vue d’ensemble

– Commande – Expédition du stylo 3D SUNLU SL-400 :

Article commandé sur Amazon le 8 Novembre, reçu le 10. Directement posé sans signature dans la boite aux lettres. L’expédition en direct par le vendeur fut rapide. Le status de « testeur » y est’il pour quelque chose ? La Poste a, pour une fois, pas trop raté son coup, en acheminant un colissimo simple en moins de 48h.

Livraison du Stylo 3D SL-400
Livraison du Stylo 3D SL-400

– Unboxing du stylo 3D SUNLU SL-400 :

Unboxing du SL-400
Unboxing du SL-400

Le colis est logoté « Amazon » et dispose d’une languette d’ouverture rapide, à l’intérieur, une boite en carton rigide et impression sur papier glacé. On dirait la boite d’un smartphone. Mais non c’est bien un stylo 3D dessiné dessus.

"<yoastmark

A l’intérieur, le stylo 3D, repose sur un support en plastique thermo moulé blanc. Et la je me dit « Et MINCE, t’as pas de filament pour tester« . (En vérité, je dis pas mince mais comme j’écris, j’essaye d’éviter les gros mots :X). Mon désespoir sera de courte durée car en soulevant le support en plastique j’aperçois 2 torons de PLA au diamètre 1,75m. Ouf, sauvé. D’après  les emballages il y en a 3 mètres par paquet. En plus de ça il y a un transformateur 220v/USB ( donc 5V 2,1A en sortie ) et un câble d’alimentation USB/prise jack male 3,5mm. Pour compléter le tout un manuel d’utilisation en 8 langues, dont le français, traduit automatiquement du Chinois par Google Translate ce qui donne quelques trucs  comme « ... les enfants ont besoin d’être utilisés sous la supervision d’un adulte … » ou encore « … la pointe du pinceau de ce produit aura de la fièvre et la risque de brulure … » mais heureusement que le manuel est là car il explique le fonctionnement seul bouton du stylo. Et pour finir une petite ch’touquette en papier indiquant qu’un contrôle qualité a été passé.

– Le Stylo 3D en lui meme

"<yoastmark

Le stylo en lui même est composé d’une coque en plastique ergonomique en 2 partie et d’une zone pour placer les doigts (ça m’a furieusement rappelé les feutres Stabilo de ma jeunesse). Le corps du SL-400 est donc en plastique, mais avec une finition douce au touché, presque comme satinée.

Sur la partie avant, on trouve la buse d’impression, en céramique dont ne dépassent que quelques millimètres. La partie haute de la buse est protégée par un carter en plastique ajouré pour évacuer un peu la chaleur. Il ne faut définitivement pas y mettre les doigts en cours de fonctionnement ou plusieurs minutes après. Ça brule, pour mémoire le PLA s’extrude entre 190°c et 220°c.

Sur la partie arrière se trouve l’orifice de chargement du filament et la prise jack femelle pour l’alimentation.

Sur le dos se trouve l’unique bouton du SL-400 ainsi qu’une led multicolore.

– Fonctionnement du Stylo 3D SL-400

La c’est pas compliqué, le stylo a besoin d’être branché au secteur pour fonctionner. Et il se met en chauffe, une fois alimenté dès que l’on presse sur LE bouton. La Led se met alors a clignoter en rouge pour vous signaler la chauffe (Donnée pour 30 seconde dans la doc, j’ai plutôt constaté de 50 à 70 secondes en réel). Rien ne se passe si l’on appuie sur le bouton pendant la chauffe. Une fois la température d’extrusion atteinte, la led passe au vert fixe. Et les choses sérieuses peuvent commencer …

Il suffit de présenter le fil dans ce que le manuel utilisateur appelle « trou de matériau » jusqu’à ce qu’on arrive en butée puis de presser une fois le bouton pour que le moteur de l’extrudeur se mette en route et fasse progresser le fil jusqu’à la buse. Quand le PLA commence à sortir par la buse, c’est prêt (En condition réelle comptez une vingtaine de secondes). Pour stopper l’extrusion il faut ré appuyer sur le bouton.

– Fonctionnement DU bouton du SL-400

  • Une pression : Mise en marche/arrêt de l’extrusion automatique (arrêt automatique au bout de 8 minutes).
  • Deux pressions successives et maintient (double clics et maintient appuyé) : Mise en marche de l’extrusion « à la demande » . Tout relâchement arrête l’extrusion.
  • Pression maintenue 3 secondes : Rétractation du filament (arrêt automatique au bout d’une minute).

A noter que pour éviter les problèmes, le mode d’emploi préconise d’effectuer une rétractation complète du filament avant d’éteindre le stylo. Enfin je dis éteindre, mais il faut comprendre « débrancher ». Attention la buse reste chaude plusieurs minutes après la mise hors tension.

Comme il n’existe pas de moyen de réglage de la température, on doit utiliser le filament vendu par SUNLU, ou en trouver un avec la meme température de fusion …

– Test du stylo 3D SUNLU SL-400 :

Lors de la première session de test, juste après l’unboxing, ce fut la prise ne main, je n’avais pas alors lu complétement le manuel et j’étais en mode « extrusion automatique » ce qui pour débuté n’est pas idéal, et ce qui explique mes œuvres d’arts ci-après en photo… Deuxième soucis, c’est que j’ai essayé d’imprimer sur des surfaces plutôt lisses, telles que le dessus de d’une table et la boite du stylo. Alors niveau accroche c’était pas la joie.

Lors de la deuxième session j’ai pu enfin utiliser le mode « à la demande » et j’ai imprimé sur le carton d’emballage du colis. C’était beaucoup mieux, tant au niveau contrôle qu’au niveau de l’adhérence. Tellement niveau adhérence qu’il m’a fallut décoller l’objet imprimé avec une lame de couteau.

– Verdict ?

La prise en main est facile, Le mode d’emploi parle d’une utilisation à partir de 8 ans, mais je pense que 10 c’est mieux, car mine de rien, ça chauffe. Et Mini-Elle qui a assisté à ma deuxième session de test n’a pas voulu trop s’en approcher.

Après une période de prise en main on arrive à faire quasiment tout ce qu’on veux avec.
Ce stylo3D peut être une bonne porte d’entrée, ludique, dans le monde de la fabrication additive, ou bien intervenir en complément d’une imprimante 3D pour ajouter des détails ou faire de la retouche sur un print « machine ».

Il manque à mon avis un catalogue de modèles en ligne du genre Thingiverse pour que ça explose auprès du grand public …

Allez, je vous laisse ici avec quelques photos inédites en dessous.

Pour rappel vous pouvez le trouver ICI sur Amazon

 

A bientôt pour la vidéo.

Lui

2 comments

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.