Phobos de Victor Dixen

Phobos de Victor Dixen

Salut à tous,

Aujourd’hui je vous parle d’une de mes dernières lectures en date : Phobos de Victor Dixen.                       

phobos

Synopsis de Phobos : Six prétendantes d’un côté. Six prétendants de l’autre. Six minutes pour se rencontrer. L’éternité pour s’aimer. Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d’un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars. Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l’amour. Elle a signé pour un aller sans retour. Même si le rêve vire au cauchemar, il est trop tard pour regretter.

Alors oui comme ça, ça vend du rêve. Quoi ?! Du speed dating dans l’espace ?! Une romance sur la conquête de Mars ?! Et puis surtout c’est du Victor Dixen ! Pour ceux qui ne le connaissent pas encore, Victor Dixen c’est le talentueux auteur d’Animale, La Malédiction de Boucle d’Or une réécriture de conte particulièrement savoureuse qui m’avait scotchée au livre l’an dernier. Un véritable page turner dont je vous parlerai surement bientôt ici. 

J’ai choisi de commencer ce livre à la suite d’une panne de lecture causée par ma découverte d’Harry Potter. Oui c’est à 29 ans et quelques années que j’ai découvert Harry Potter. Ne me lancez pas des pierres j’étais passé complètement à coté du phénomène à l’époque car je me croyais trop vieille pour des « livres pour enfants ». Mais là n’est pas le sujet, je reviendrai d’ailleurs très très bientôt sur ma tardive découverte du monde magique de Poudlard dans un prochain article. Toujours est-il qu’après avoir lu les 7 livres d’Harry Potter en 40 jours j’ai eu beaucoup de mal à passer à un autre univers, à laisser mes personnages à leur vie fictive et à faire le deuil de la fin de la saga. Si vous êtes lecteur vous avez peut être vous aussi déjà vécu ce petit passage à vide livresque après vous être immergé dans un univers littéraire. J’ai été incapable de reprendre un livre pendant des semaines. Quand la lecture a sérieusement commencé à me manquer, je me suis naturellement tournée vers Phobos. C’était pour moi le roman idéal pour sortir de ma panne de lecture : une histoire légère mais intéressante écrite par auteur familier et apprécié.     

La première chose qui m’a dérangé avec Phobos c’est l’alternance des chapitres appelés « Champ » et des chapitre appelés « Hors-Champ ». Dans les chapitres « Champ » le texte est rédigé à la première personne et le lecteur est placé du point de vue de Léonor l’héroïne. Dans les chapitres « Hors-Champ » le récit se fait à la troisième personne et le lecteur est extérieur à l’action. Cette reprise du langage cinématographique permet de distinguer les actions se passant dans le vaisseau des actions se passant sur Terre. Mais les changements de points de vue dans les romans ne me plaisent généralement pas et Phobos n’a pas fait exception. 

Le pitch est original, du speed dating spatial dans le but de coloniser et de peupler Mars sur fond de télé réalité et pimenté par les plans non avouables d’une multi nationale vénale. Mais malgré toute ma bonne volonté et tous les espoirs que j’avais placé dans ce roman je n’ai pas pu m’empêcher de m’ennuyer. Je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages. Je n’arrivais pas aimer cet univers, à y entrer pleinement. Peut être est ce du au contexte de ma lecture. Si ça n’avait pas été mon premier livre après Harry Potter les choses auraient peut être été différentes. J’attendais en vain que l’histoire commence vraiment. Seules les dernières pages sont palpitantes, c’est à ce moment là seulement que l’histoire démarre réellement. Tout le reste c’est une longue, très longue introduction. 

Mon ressenti de lectrice est donc mitigé. L’histoire ne m’a pas tenu en haleine sauf dans les toutes dernières pages. Je me suis raccrochée au fait que Victor Dixen avait annoncé que Phobos serait une série. Il était alors compréhensif que le premier tome soit un tome d’installation de l’intrigue, que les tomes suivants seront vraiment ceux dans lesquels l’action se développe. Mais que j’ai bien fait de m’accrocher ! Maintenant que l’action est en place il me tarde vraiment de lire la suite. Ca tombe bien, elle est déjà dans ma PAL. Je vous en reparle bientôt.

Elle 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.