Regroupe les articles ayant à voir avec la lecture sur papier ou liseuse

Charley Davidson Tome 1 Première tombe sur la droite

Salut,

Aujourd’hui je vous parle d’une de mes dernières lectures en date il s’agit de Charley Davidson le tome 1 première tombe sur la droite de Darynda Jones. 

 

Résumé

Charley Davidson Tome 1 Première tombe sur la droite
Charley Davidson Tome 1 Première tombe sur la droite

Charley Davidson est détective privée et faucheuse. Son boulot consiste à convaincre les morts « d’aller vers la lumière ». Mais ce n’est pas toujours si simple : parfois Charley doit les aider à accomplir quelque chose avant qu’ils acceptent de s’en aller, comme retrouver l’assassin de ces trois avocats. Ce qui ne serait pas un problème si Charley ne passait pas son temps à faire des rêves érotiques provoqués par une entité qui la suit depuis toujours… Or, il se pourrait que l’homme de ses rêves ne soit pas mort. Il pourrait même être tout à fait autre chose… 

Mon avis :

J’ai entendu parler de ce livre via des revues sur YouTube. De nombreuses booktubeuses en ont parlé et en parlent encore vu que c’est une longue saga. En effet à ce jour  il y a 9 tomes. Le pitch est original. Une jeune femme détective privée de son état porte sur ses épaules un lourd fardeau. Elle est l’unique faucheuse sur terre. Elle doit donc résoudre des enquêtes tout en aidant les morts à régler leurs états d’âme et leurs actions inachevées avant de les faire passer de l’autre coté. C’est un quotidien plutôt épique dans lequel elle est aidée par sa meilleure amie Cookie. Son caractère bien trempé et sa fragilité en font un personnage très attachant. La plume de l’auteur lui donne un langage pour le moins imagé. Cette relative vulgarité allège le roman et les pages filent sans qu’on s’en aperçoive. Il y a quand même une vraie intrigue. Deux vraies intrigues même. La première est liée à l’affaire sur laquelle elle travaille à savoir le meurtre de 3 avocats dont les fantômes viennent lui demander de l’aide. La deuxième est liée à l’identité de l’homme qui lui rend visite en rêve et qui semble à la fois puissant et mystérieux. Ce roman m’a vraiment bien plu. J’ai retrouvé avec lui l’impatience de lire. Vous savez c’est quand on repense à l’histoire en pleine journée et qu’on a hâte de pouvoir poursuivre sa lecture. Ce roman pourrait se suffire à lui même mais l’auteur a choisi d’en faire une saga (à mon plus grand plaisir). C’est donc avec joie que je retrouverai cette chère Charley  très prochainement et bien sur je vous raconterai. 

A bientôt 

Elle

Trois souris d’Agatha Christie

Trois souris d’Agatha Christie

Salut à tous,

trois-sourisAujourd’hui je vous parle d’une auteure très chère à mon coeur, Agatha Christie. J’ai découvert ses romans au collège lorsqu’une prof de français a eu l’excellente idée de nous faire lire Les Dix petits nègres. Cette lecture m’a révélé l’univers unique de la reine du crime. Depuis, je lis chaque année au moins deux de ses romans (heureusement qu’elle a été très prolifique). C’est ma madeleine de Proust, le petit plaisir que je m’accorde lorsqu’elle me manque trop. Je chéris tout particulièrement ces lectures car Agatha Christie est la seule auteure qui m’accompagne depuis 20 ans. Mais intéressons nous tout particulièrement ici à son roman Trois souris.

Synopsis de Trois souris : Dans l’obscurité d’une maison endormie, un cri déchire le silence… Un crime vient d’être commis… Ainsi se lève le rideau sur l’un des plus grands succès de la scène internationale, « La Souricière », succès qui a tenu l’affiche sans interruption depuis plus de trente ans. Adaptée par Agatha Christie d’une nouvelle écrite en 1949, jouée pour la première fois à Londres en 1952, cette mésaventure de trois petites souris porte la marque de son auteur : humour et suspense sont au rendez-vous. Et comme tous les grands maîtres du suspense, Agatha Christie préférait que ses spectateurs ignorent la clef de l’énigme avant de pénétrer dans le théâtre… Le secret fut bien gardé, puisque c’est aujourd’hui seulement, pour la première fois, que ce texte « interdit » est enfin publié…

Trois souris est donc un texte reprenant la pièce de théâtre « La Souricière » célèbre pour sa longévité dans le West End (le Broadway londonien) puisque la pièce a commencé à être jouée en 1952 et qu’elle est depuis toujours à l’affiche (ce qui a fait la fortune du petit-fils d’Agatha Christie à qui elle a offert les droits pour son neuvième anniversaire). C’est un petit roman de 125 pages qui se lit donc très vite. On est vite happé par l’histoire car la longueur du roman fait que l’intrigue se met se place très rapidement. On n’a pas le temps de s’ennuyer, tout se passe très vite. A peine commencé on sait qu’on ne reposera ce livre qu’une fois fini. L’action se déroule peu de temps après la fin de la seconde guerre mondiale dans la campagne anglaise. Comme souvent Agatha Christie installe l’ambiance oppressante d’un huit clos puisque les protagonistes sont isolés dans une pension de famille durant une tempête de neige. Coupés du monde extérieur, un tueur est parmi eux. Je n’ai pas senti dans le style la contrainte de l’adaptation d’une pièce. En effet dans d’autres livres dont Harry Potter et l’Enfant maudit nous sommes face à un script avec les indications scéniques, les répliques, la division en actes et en scènes, une pièce de théâtre classique en somme comme chez Molière ou Shakespeare. Ici Agatha Christie a retravaillé le texte afin de le transformer en véritable roman. Il est tellement retravaillé que la reine du crime a choisi de supprimer un personnage, Miss Casewell, présente au casting de la pièce mais coupée dans le livre.

L’histoire est simple, nous avons très rapidement tous les éléments en main. Il n’y a pas véritablement d’enquête, la longueur du roman ne le permet pas. Les évènements se succèdent en quelques heures. Un premier meurtre extérieur à la maison installe l’intrigue, puis le huit-clos se créé et rapidement un second meurtre est commis. Tous les personnages sont tour à tour suspectés par le lecteur comme il se doit dans tout bon roman policier. Agatha Christie nous guide d’une main de maitre exactement là où elle veut nous emmener. Etant aguerrie à sa plume, j’ai deviné l’identité du tueur une cinquantaine de pages avant la fin. Cela ne m’a pas dérangé et n’a rien enlevé à mon plaisir de lecture.

Je pense que cette adaptation est un condensé de tout ce qui compose un roman d’Agatha Christie classique. Rien ne manque : un passé troublé qui refait surface, de jeunes amoureux, un suspense allant crescendo avec en apothéose la surprise finale de la révélation de l’identité de l’assassin. Le travail d’adaptation de la pièce de théâtre est si bien fait qu’il se faire oublier. Si l’on sait pas que c’est le texte d’une pièce, on croit à un roman traditionnel. Bref, je vous recommande chaudement Trois souris, ce roman vous fera très certainement passer, comme à moi, un moment très agréable.

A bientôt 

Elle

Phobos de Victor Dixen

Phobos de Victor Dixen

Salut à tous,

Aujourd’hui je vous parle d’une de mes dernières lectures en date : Phobos de Victor Dixen.                       

phobos

Synopsis de Phobos : Six prétendantes d’un côté. Six prétendants de l’autre. Six minutes pour se rencontrer. L’éternité pour s’aimer. Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d’un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars. Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l’amour. Elle a signé pour un aller sans retour. Même si le rêve vire au cauchemar, il est trop tard pour regretter.

Alors oui comme ça, ça vend du rêve. Quoi ?! Du speed dating dans l’espace ?! Une romance sur la conquête de Mars ?! Et puis surtout c’est du Victor Dixen ! Pour ceux qui ne le connaissent pas encore, Victor Dixen c’est le talentueux auteur d’Animale, La Malédiction de Boucle d’Or une réécriture de conte particulièrement savoureuse qui m’avait scotchée au livre l’an dernier. Un véritable page turner dont je vous parlerai surement bientôt ici. 

J’ai choisi de commencer ce livre à la suite d’une panne de lecture causée par ma découverte d’Harry Potter. Oui c’est à 29 ans et quelques années que j’ai découvert Harry Potter. Ne me lancez pas des pierres j’étais passé complètement à coté du phénomène à l’époque car je me croyais trop vieille pour des « livres pour enfants ». Mais là n’est pas le sujet, je reviendrai d’ailleurs très très bientôt sur ma tardive découverte du monde magique de Poudlard dans un prochain article. Toujours est-il qu’après avoir lu les 7 livres d’Harry Potter en 40 jours j’ai eu beaucoup de mal à passer à un autre univers, à laisser mes personnages à leur vie fictive et à faire le deuil de la fin de la saga. Si vous êtes lecteur vous avez peut être vous aussi déjà vécu ce petit passage à vide livresque après vous être immergé dans un univers littéraire. J’ai été incapable de reprendre un livre pendant des semaines. Quand la lecture a sérieusement commencé à me manquer, je me suis naturellement tournée vers Phobos. C’était pour moi le roman idéal pour sortir de ma panne de lecture : une histoire légère mais intéressante écrite par auteur familier et apprécié.     

La première chose qui m’a dérangé avec Phobos c’est l’alternance des chapitres appelés « Champ » et des chapitre appelés « Hors-Champ ». Dans les chapitres « Champ » le texte est rédigé à la première personne et le lecteur est placé du point de vue de Léonor l’héroïne. Dans les chapitres « Hors-Champ » le récit se fait à la troisième personne et le lecteur est extérieur à l’action. Cette reprise du langage cinématographique permet de distinguer les actions se passant dans le vaisseau des actions se passant sur Terre. Mais les changements de points de vue dans les romans ne me plaisent généralement pas et Phobos n’a pas fait exception. 

Le pitch est original, du speed dating spatial dans le but de coloniser et de peupler Mars sur fond de télé réalité et pimenté par les plans non avouables d’une multi nationale vénale. Mais malgré toute ma bonne volonté et tous les espoirs que j’avais placé dans ce roman je n’ai pas pu m’empêcher de m’ennuyer. Je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages. Je n’arrivais pas aimer cet univers, à y entrer pleinement. Peut être est ce du au contexte de ma lecture. Si ça n’avait pas été mon premier livre après Harry Potter les choses auraient peut être été différentes. J’attendais en vain que l’histoire commence vraiment. Seules les dernières pages sont palpitantes, c’est à ce moment là seulement que l’histoire démarre réellement. Tout le reste c’est une longue, très longue introduction. 

Mon ressenti de lectrice est donc mitigé. L’histoire ne m’a pas tenu en haleine sauf dans les toutes dernières pages. Je me suis raccrochée au fait que Victor Dixen avait annoncé que Phobos serait une série. Il était alors compréhensif que le premier tome soit un tome d’installation de l’intrigue, que les tomes suivants seront vraiment ceux dans lesquels l’action se développe. Mais que j’ai bien fait de m’accrocher ! Maintenant que l’action est en place il me tarde vraiment de lire la suite. Ca tombe bien, elle est déjà dans ma PAL. Je vous en reparle bientôt.

Elle