Charley Davidson Tome 1 Première tombe sur la droite

Salut,

Aujourd’hui je vous parle d’une de mes dernières lectures en date il s’agit de Charley Davidson le tome 1 première tombe sur la droite de Darynda Jones. 

 

Résumé

Charley Davidson Tome 1 Première tombe sur la droite
Charley Davidson Tome 1 Première tombe sur la droite

Charley Davidson est détective privée et faucheuse. Son boulot consiste à convaincre les morts « d’aller vers la lumière ». Mais ce n’est pas toujours si simple : parfois Charley doit les aider à accomplir quelque chose avant qu’ils acceptent de s’en aller, comme retrouver l’assassin de ces trois avocats. Ce qui ne serait pas un problème si Charley ne passait pas son temps à faire des rêves érotiques provoqués par une entité qui la suit depuis toujours… Or, il se pourrait que l’homme de ses rêves ne soit pas mort. Il pourrait même être tout à fait autre chose… 

Mon avis :

J’ai entendu parler de ce livre via des revues sur YouTube. De nombreuses booktubeuses en ont parlé et en parlent encore vu que c’est une longue saga. En effet à ce jour  il y a 9 tomes. Le pitch est original. Une jeune femme détective privée de son état porte sur ses épaules un lourd fardeau. Elle est l’unique faucheuse sur terre. Elle doit donc résoudre des enquêtes tout en aidant les morts à régler leurs états d’âme et leurs actions inachevées avant de les faire passer de l’autre coté. C’est un quotidien plutôt épique dans lequel elle est aidée par sa meilleure amie Cookie. Son caractère bien trempé et sa fragilité en font un personnage très attachant. La plume de l’auteur lui donne un langage pour le moins imagé. Cette relative vulgarité allège le roman et les pages filent sans qu’on s’en aperçoive. Il y a quand même une vraie intrigue. Deux vraies intrigues même. La première est liée à l’affaire sur laquelle elle travaille à savoir le meurtre de 3 avocats dont les fantômes viennent lui demander de l’aide. La deuxième est liée à l’identité de l’homme qui lui rend visite en rêve et qui semble à la fois puissant et mystérieux. Ce roman m’a vraiment bien plu. J’ai retrouvé avec lui l’impatience de lire. Vous savez c’est quand on repense à l’histoire en pleine journée et qu’on a hâte de pouvoir poursuivre sa lecture. Ce roman pourrait se suffire à lui même mais l’auteur a choisi d’en faire une saga (à mon plus grand plaisir). C’est donc avec joie que je retrouverai cette chère Charley  très prochainement et bien sur je vous raconterai. 

A bientôt 

Elle

Joyeux Noël !

bonnes_fetes_DLP_Patatepoulette

Coucou à tous !

Nous vous souhaitons de passer de très bonnes fêtes de fin d’année ! Paix et amour pour vous et vos proches !

A bientôt !

Elle & Lui

 

Trois souris d’Agatha Christie

Trois souris d’Agatha Christie

Salut à tous,

trois-sourisAujourd’hui je vous parle d’une auteure très chère à mon coeur, Agatha Christie. J’ai découvert ses romans au collège lorsqu’une prof de français a eu l’excellente idée de nous faire lire Les Dix petits nègres. Cette lecture m’a révélé l’univers unique de la reine du crime. Depuis, je lis chaque année au moins deux de ses romans (heureusement qu’elle a été très prolifique). C’est ma madeleine de Proust, le petit plaisir que je m’accorde lorsqu’elle me manque trop. Je chéris tout particulièrement ces lectures car Agatha Christie est la seule auteure qui m’accompagne depuis 20 ans. Mais intéressons nous tout particulièrement ici à son roman Trois souris.

Synopsis de Trois souris : Dans l’obscurité d’une maison endormie, un cri déchire le silence… Un crime vient d’être commis… Ainsi se lève le rideau sur l’un des plus grands succès de la scène internationale, « La Souricière », succès qui a tenu l’affiche sans interruption depuis plus de trente ans. Adaptée par Agatha Christie d’une nouvelle écrite en 1949, jouée pour la première fois à Londres en 1952, cette mésaventure de trois petites souris porte la marque de son auteur : humour et suspense sont au rendez-vous. Et comme tous les grands maîtres du suspense, Agatha Christie préférait que ses spectateurs ignorent la clef de l’énigme avant de pénétrer dans le théâtre… Le secret fut bien gardé, puisque c’est aujourd’hui seulement, pour la première fois, que ce texte « interdit » est enfin publié…

Trois souris est donc un texte reprenant la pièce de théâtre « La Souricière » célèbre pour sa longévité dans le West End (le Broadway londonien) puisque la pièce a commencé à être jouée en 1952 et qu’elle est depuis toujours à l’affiche (ce qui a fait la fortune du petit-fils d’Agatha Christie à qui elle a offert les droits pour son neuvième anniversaire). C’est un petit roman de 125 pages qui se lit donc très vite. On est vite happé par l’histoire car la longueur du roman fait que l’intrigue se met se place très rapidement. On n’a pas le temps de s’ennuyer, tout se passe très vite. A peine commencé on sait qu’on ne reposera ce livre qu’une fois fini. L’action se déroule peu de temps après la fin de la seconde guerre mondiale dans la campagne anglaise. Comme souvent Agatha Christie installe l’ambiance oppressante d’un huit clos puisque les protagonistes sont isolés dans une pension de famille durant une tempête de neige. Coupés du monde extérieur, un tueur est parmi eux. Je n’ai pas senti dans le style la contrainte de l’adaptation d’une pièce. En effet dans d’autres livres dont Harry Potter et l’Enfant maudit nous sommes face à un script avec les indications scéniques, les répliques, la division en actes et en scènes, une pièce de théâtre classique en somme comme chez Molière ou Shakespeare. Ici Agatha Christie a retravaillé le texte afin de le transformer en véritable roman. Il est tellement retravaillé que la reine du crime a choisi de supprimer un personnage, Miss Casewell, présente au casting de la pièce mais coupée dans le livre.

L’histoire est simple, nous avons très rapidement tous les éléments en main. Il n’y a pas véritablement d’enquête, la longueur du roman ne le permet pas. Les évènements se succèdent en quelques heures. Un premier meurtre extérieur à la maison installe l’intrigue, puis le huit-clos se créé et rapidement un second meurtre est commis. Tous les personnages sont tour à tour suspectés par le lecteur comme il se doit dans tout bon roman policier. Agatha Christie nous guide d’une main de maitre exactement là où elle veut nous emmener. Etant aguerrie à sa plume, j’ai deviné l’identité du tueur une cinquantaine de pages avant la fin. Cela ne m’a pas dérangé et n’a rien enlevé à mon plaisir de lecture.

Je pense que cette adaptation est un condensé de tout ce qui compose un roman d’Agatha Christie classique. Rien ne manque : un passé troublé qui refait surface, de jeunes amoureux, un suspense allant crescendo avec en apothéose la surprise finale de la révélation de l’identité de l’assassin. Le travail d’adaptation de la pièce de théâtre est si bien fait qu’il se faire oublier. Si l’on sait pas que c’est le texte d’une pièce, on croit à un roman traditionnel. Bref, je vous recommande chaudement Trois souris, ce roman vous fera très certainement passer, comme à moi, un moment très agréable.

A bientôt 

Elle

Calendrier de l’avent Yankee Candle

Calendrier de l’avent Yankee Candle

Salut à tous,

Aujourd’hui je vous fais part de mon mécontentement quant à l’achat du calendrier de l’avent Yankee Candle. En effet je suis fan de bougies (oui comme toutes les gonzesses en ce moment). Et comme il était temps d’acheter les calendriers de l’avent pour les enfants je me suis dis et pourquoi pas m’en prendre un pour moi ? Ben oui moi la dernière fois où j’ai eu un calendrier de l’avent j’avais une dizaine d’années. Or aujourd’hui il y en a à toutes les sauces. Avec des chocolats, avec du thé, du maquillage est… Et donc il y en a même avec des bougies. Déjà l’an dernier j’avais failli craquer. Cette année je me suis décidée. J’ai commandé mon calendrier sur Amazon pour 23,19 € frais de livraison inclus.

C’est donc toute contente que je reçois mon colis quelques jours après. Ma joie fut de courte durée. En effet, voici ce que j’ai entendu en ouvrant mon paquet : 

Voilà toutes les bougies sont en vrac dans la boite. Alors vous me direz, c’est pas grave, tu as toujours les bougies. Oui certes mais pour l’effet calendrier de l’avent c’est foutu. Du coup je vais tout ouvrir d’un coup. Quelle déception. Qu’est ce que je vais ouvrir le 1er décembre moi ? Ben mon calendrier Yankee Candle. Oui mais en une seule fois. Et le 2 décembre ? Je crois que je vais me venger sur un calendrier Kinder 😉 

A très vite

Elle

Unboxing Glossybox novembre 2016

Unboxing Glossybox novembre 2016

Salut à tous, 

Aujourd’hui je vous partage ma toute première vidéo, je l’ai montée toute seule et tout et tout. Elle a la découverte des logiciels de montage c’était pas triste ! Bref, il s’agit de mon unboxing de la Glossybox de novembre. Je vous présente juste les produits de la box, pour mon avis c’est plus bas. Mais je peux d’ores et déjà vous dire que les lacets dorés Jonak ont fini aux chaussures de ma fille et qu’elle a fait fureur avec dans la cour de récré. Bon visionnage 😉

Voilà ! Bon c’est ma toute première vidéo alors soyez indulgents 😉 Maintenant parlons produit :

Le lait nettoyant Unani

J’ai été un peu sceptique en voyant ce produit car je suis pas très lait en matière de soins. Je déteste les laits démaquillants par exemple. Mais là c’est un lait nettoyant et ça je ne connaissais pas. Donc comme pour un gel il s’utilise sur peau préalablement démaquillée et mouillée. Je l’ai donc pris avec moi sous la douche hier soir pour lui faire passer un crash test. D’abord l’odeur. Elle est assez agréable, rien à dire. Ensuite la texture, c’est là que ça se gâte. Ben oui c’est un lait donc il a un aspect crémeux qui m’a un peu décontenancé. Comment une crème peut elle laver ? Ensuite à l’utilisation forcement ça mousse pas et là ça me gêne car comme beaucoup je crois (à tort) que si ça mousse pas, ça lave pas. Bien évidement c’est faux mais psychologiquement c’est gênant pour moi. A mon grand étonnement ça se rince bien. Bon en même j’étais sous la douche donc niveau rinçage on est quand même pas loin du karcher. Au final ma peau était bien nettoyée. Donc je vais finir le flacon car c’est un produit efficace mais je ne pense pas l’acheter car l’aspect lait me dérange. Je préfère les gels nettoyants comme Cleanance d’Avène ou les pains de savon pour visage de chez Lush. 

Après shampoing 3 minute miracle Aussie 

Alors ça c’est une valeur sure. Les produits Aussie sont très réputés et pour cause. Ils ne sont pas très chers (on les trouve en grandes surfaces) et ils sont au top. Celui-ci ne fait pas exception. C’est un après-shampoing qui fait parfaitement son job : il rend les cheveux tout doux et plus facile à démêler. Il sent divinement bon (ce qui n’est pas le cas de tous les après-shampoings Aussie). Bref sans surprise c’est un délice.

Masque apaisant hydratant Avène 

Là encore pas de risque c’est du Avène donc c’est du produit de qualité. On sent bien avec ces trois premiers produits que la glossybox de novembre est un box cocooning. 

Rouge à lèvre semi mat de MDM Flow 

Je n’ai rien à dire sur ce produit pour la simple et bonne raison que je ne porte pas de rouge à lèvres. Je n’aime pas ça, ça ne me va généralement pas et je déteste avoir quelque chose sur les lèvres. Ca m’empêche d’embrasser Lui et les enfants. C’est le comble de la mochitude quand ça part pas uniformément en fin de journée ou quand ça se met sur les dents. Bref celui ci je ne l’ai même pas swatché sur la vidéo pour vous dire comme j’étais ravie ! 

Crayon jumbo De Bruyère

Je ne connaissais pas cette marque. C’est un crayon jumbo qui peut servir de base sous un fard à paupière poudre ou qui peut s’utiliser seul. C’est une jolie couleur un peu champagne doré assez naturelle. Il est un peu irisé mais pas trop. Bref c’est un bon basic. Petit bémol, sa tenue. Il faut mettre une base dessous pour l’empêcher de filer trop rapidement dans les plis. 

Voilà mon avis sur la glossybox de novembre. Si vous êtes sages je vous ferai un retour sur celle de décembre. 

A bientôt

Elle

Halloween à Disneyland Paris

Halloween à Disneyland Paris

Salut à tous,

Pour notre dernier voyage en famille nous sommes allés découvrir Halloween à Disneyland Paris. Alors ne vous inquiétez pas, du Disney vous allez en voir à toutes les sauces car chez PatatePoulette on est tous les 4 très très fans. Voici donc une petite compilation de nos meilleures photos pour vous faire partager l’ambiance et les décorations qui comme toujours chez Disney sont à couper le souffle.

15045557_10207703049630754_1044808832_nEn arrivant dans notre chambre d’hôtel (Santa Fé) nous avons eu la surprise de découvrir de gentilles attentions de la part du staff : cadeaux et pièces en chocolat pour les enfants et bouteilles d’eau et coffret gouter (avec biscuits et nécessaire à boissons chaudes) pour toute la famille. Le tout accompagné d’un mot du directeur de l’hôtel nous remerciant pour notre fidélité. Ces petites attentions font toute la différence.

Les décorations commencent dès le Disney Village. Puis on en prend plein les yeux en pénétrant dans le parc principal. La gare de Main Street est la première chose qu’on voit et sa déco est particulièrement soignée. C’est la première impression que l’on a du parc. Ensuite Central Plaza Town Square met aussi le paquet avec de magnifiques fantômes qui jalonnent également les façades de Main Street. Il y a d’ailleurs une chasse aux fantômes organisée dans le parc pour les enfants. Il suffit d’aller à City Hall (à l’entrée du parc, à gauche de Central Plaza Town Square) et de demander un dépliant qui contient des mini jeux (labyrinthes, mots cachés, 7 différences…) et les règles du jeux de la chasse aux fantômes. C’est très simple il y a 7 photos de détails des fantômes à retrouver dans Main Street et Central Plaza Town Square. C’est sympa et ça a beaucoup amusé Mini-Lui et Mini-Elle. Nous avons eu un temps creepy à souhait avec du brouillard à ne plus voir le château depuis Main Street. Il y a aussi beaucoup de décorations dans Frontierland. C’est normal car c’est dans ce land que nous retrouvons la maison hantée. C’est un univers qui fait beaucoup référence à l’ouest américain et c’est donc tout naturellement que les références à Halloween mais aussi à l’automne en général et à Thanksgiving sont présentes. Notez également qu’une photo location de Mister Jack alias Jack Skellington dans L’Etrange Noel de Mr Jack est installée au pied de la maison hantée. Il y a d’autres méchants à rencontrer dans le parc. C’est le cas notamment pour Maléfique qui a un set up magnifique dans la cour derrière du château à la place de l’épée dans le rocher de Merlin l’Enchanteur. Nous sommes ici à l’entrée de Fantasyland. Il y a là un enchevêtrement de ronces en forme de dragon et la présence de fumée en continu. Mickey et Minnie en superbes costumes d’Halloween sont présents dans Frontierland. Mais pour une photo nous avons du attendre près d’une heure. Nous avons également assisté à la parade qui donne la part belle à l’automne avec en final Mickey et Minnie dans un char en forme de corne d’abondance. Rien de bien effrayant. J’ai particulièrement apprécié la présence de Picsou qui est un personnage assez rare en général dans le parc. 

Voici donc nos photos (Pour les voir, il faut cliquer sur le bouton « Read More » ci dessous). J’espère que ça vous donnera des idées pour les prochaines vacances de Toussaint. 

A très bientôt ! 

Elle et Lui venu pirater l’article

Read more

Mes chaussures du moment – New Balance 574, Vans Old Skool, Ugg, Skechers Flex Appeal

Mes chaussures du moment – New Balance 574, Vans Old Skool, Ugg, Skechers Flex Appeal

Salut à tous, 

Aujourd’hui je vais partager avec vous mes chaussures du moment. Je suis plus que raisonnable puisque je tourne avec 4 paires principales (New Balance 574, Vans Old Skool, Ugg, et bottines) plus une paire pour les longues journées de marche (Skechers Flex Appeal).

Skechers Flex Appeal

Skechers Flex Appeal
Skechers Flex Appeal

J’adore les converses (quel rapport avec les Skechers me direz vous ? Attendez j’y viens). J’en ai depuis des années, j’aime en particulier le modèle Chuck Taylor All Star classiques montantes. Je les ai eu en toutes les couleurs possibles au fil des ans. Mais mes préférées restent les classiques noires et blanches. Et ben ces chaussures j’ai beau les adorer je ne peux pas les mettre longtemps sinon j’ai des douleurs atroces aux orteils. Elles sont très fines. Figurez vous qu’en grosse patate que je suis je me disais que c’étaient mes pieds qui étaient mal foutus (c’est un peu vrai mais bon) et que c’était une fatalité, j’aurais toujours mal aux pieds en baskets. Jusqu’au jour où chez Décathlon j’en parle à une vendeuse qui me dit « mais oui c’est bien connu les Converses sont des chaussures pour pieds fins ce n’est pas du tout ce qu’il vous faut » et elle me présente les fameuses Skechers Flex Appeal. Les semelles intérieures de ces chaussures  sont à mémoire de forme. Elles s’adaptent donc à toutes les morphologies de pieds. Au début on a un peu l’impression de marcher sur un chewing gum géant ou sur un nuage. On sent vraiment l’aspect gomme de la semelle mais très vite elle prend sa forme et on ne la sent plus. Ces baskets sont très légères donc très confortables (comme la plupart des chaussures de marche). Petit bémol, la couleur. Je ne sais pas pourquoi les concepteurs de chaussures de marche ou de runnings s’acharnent toujours à sortir leurs modèles dans les pires couleurs du monde, bien fluo, ou/et bien moches. Donc je me suis rabattue sur les moins pires du magasin, les grises. Notez quand même qu’elles ont des lacets roses fluo mais dans un élan de considération incommensurable pour les acheteuses en recherche de sobriété elles sont vendues avec une deuxième paire de lacets gris. Devinez lesquels j’ai choisi de porter ? Bref ce sont les chaussures idéales pour les longues journées de marche, comme à Disneyland où l’on marche facilement une douzaine de kms par jour. Même Lui a été convaincu puisqu’il a pris les mêmes en bleu. 

New Balance 574

New Balance 574
New Balance 574

Alors celles là je les aiment d’amour, enfin mais pieds les aiment d’amour. Ce sont les chaussures les plus confortables du monde ! Avec elles pas la moindre douleur. Mes orteils sont bien au large et ils sont ravis, merci pour eux. C’est bien pour ça que j’ai choisi les New Balance 574 d’ailleurs, car depuis ma révélation sur les Converses j’étais à la recherche de nouvelles baskets plus confortables pour tous les jours. Un autre élément important c’est qu’elles ne font pas mal derrière le pied au niveau du talon d’Achille car d’une part la chaussure est rembourrée mais aussi parce qu’il y a un décroché à ce niveau là qui permet au talon de parfaitement se loger. Donc adieu les ampoules. Le petit bémol de ces baskets c’est qu’elles sont unisexes et que pour le coup je les trouve un peu trop masculines. D’ailleurs même si je les ai acheté dans la section « chaussures pour femmes » de Zalando, elles sont souvent référencées sous l’appellation « baskets mode homme » confirmé par la présence du M devant le 574 sur certains sites indiquant « Men ». Je les ai payé 80 € sur Zalando. A noter qu’elles taillent assez petit donc j’ai pris une taille de plus pour être tranquille et qu’elles me vont nickel. Je les ai choisi blanches et noires. Le N latéral et une partie de l’arrière de la basket sont en gris brillant. Elles m’ont valu des compliments de la part des copines de ma fille, grande fierté pour elle et pour moi. 

Bottines BPC

Bottines BPC
Bottines BPC

Ce sont les petites bottines passe partout qu’il faut à chacune pour l’hiver. Je suis plutôt de celles qui préfèrent ne pas mettre trop cher et en changer chaque année que d’y mettre le prix mais ne pas pouvoir changer de style pendant longtemps. Chaque automne donc j’achète une ou deux paires de bottines (généralement noires) à talons plats que je mets presque tous les jours de novembre à mars. Cette année je les ai prise sur le site de Bonprix et je les ai payé 49,99 €. Elles sont de très bonne qualité. Alors bien sur à ce prix ce n’est pas du cuir mais elles ne font pas plastique pour autant. Ces bottines sont un très bon basic, indispensable à toutes les garde-robes.

Vans Old Skool

Vans Old Skool
Vans Old Skool

Ces baskets là m’ont donné un cas de conscience. En effet ça faisait longtemps que je lorgnais dessus mais pas moyen de passer le cap. J’ai eu une paire de Vans étant plus jeune et je les adorais. Elles étaient super confortables et comme c’était à l’époque d’Avril Lavigne où les filles se mettaient au skate (moi non je vous rassure) c’était tendance. Bref un regain de nostalgie m’a pris quand je me suis mise à la recherche de baskets plus larges pour remplacer mes Converses. Entre temps j’ai acheté mes New Balance 574 donc je ne pouvais justifier d’en acheter une autre paire… mais en fait si. J’ai craqué et j’ai acheté les Vans Old Skool. Elles sont juste magnifiques, moins larges que dans mon souvenir ce qui les rend plus portables pour une femme je trouve. Elles sont quand même assez larges pour moi. Le seul hic c’est l’arrière. Elles font des ampoules au niveau du talon car contrairement aux New Balance elles n’ont pas le décroché qui épouse la forme du talon. Il faut donc les « casser » les premiers temps et penser aux pansements. 

Ugg Classic

Ugg Classic short
Ugg Classic short

Alors là on est sur du classique de chez classique. Les traditionnelles Ugg Classic short en noir. Autant dire la base. Ce sont les chaussures que tout le monde aime détester mais dans lesquelles on est tellement bien que tant pis on passe outre l’aspect et on les met quand même. J’ai les miennes depuis deux ans et elles font toujours partie de mes indispensables de l’hiver. Alors bien sur après deux hivers la moumoute à l’intérieur s’est un peu tassée mais c’est pas grave, elles font quand même le job, elles tiennent mes pieds au chaud. Même ma fille a les siennes (bon pas les vraies Ugg hein à ce prix là on veut qu’elles tiennent plus qu’une saison). Avec un jean slim elles sont parfaites. 

Voilà pour moi, mais vous ? Quelles sont vos chaussures du moment ? 

A très bientôt ! 

Elle

 

Phobos de Victor Dixen

Phobos de Victor Dixen

Salut à tous,

Aujourd’hui je vous parle d’une de mes dernières lectures en date : Phobos de Victor Dixen.                       

phobos

Synopsis de Phobos : Six prétendantes d’un côté. Six prétendants de l’autre. Six minutes pour se rencontrer. L’éternité pour s’aimer. Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d’un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars. Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l’amour. Elle a signé pour un aller sans retour. Même si le rêve vire au cauchemar, il est trop tard pour regretter.

Alors oui comme ça, ça vend du rêve. Quoi ?! Du speed dating dans l’espace ?! Une romance sur la conquête de Mars ?! Et puis surtout c’est du Victor Dixen ! Pour ceux qui ne le connaissent pas encore, Victor Dixen c’est le talentueux auteur d’Animale, La Malédiction de Boucle d’Or une réécriture de conte particulièrement savoureuse qui m’avait scotchée au livre l’an dernier. Un véritable page turner dont je vous parlerai surement bientôt ici. 

J’ai choisi de commencer ce livre à la suite d’une panne de lecture causée par ma découverte d’Harry Potter. Oui c’est à 29 ans et quelques années que j’ai découvert Harry Potter. Ne me lancez pas des pierres j’étais passé complètement à coté du phénomène à l’époque car je me croyais trop vieille pour des « livres pour enfants ». Mais là n’est pas le sujet, je reviendrai d’ailleurs très très bientôt sur ma tardive découverte du monde magique de Poudlard dans un prochain article. Toujours est-il qu’après avoir lu les 7 livres d’Harry Potter en 40 jours j’ai eu beaucoup de mal à passer à un autre univers, à laisser mes personnages à leur vie fictive et à faire le deuil de la fin de la saga. Si vous êtes lecteur vous avez peut être vous aussi déjà vécu ce petit passage à vide livresque après vous être immergé dans un univers littéraire. J’ai été incapable de reprendre un livre pendant des semaines. Quand la lecture a sérieusement commencé à me manquer, je me suis naturellement tournée vers Phobos. C’était pour moi le roman idéal pour sortir de ma panne de lecture : une histoire légère mais intéressante écrite par auteur familier et apprécié.     

La première chose qui m’a dérangé avec Phobos c’est l’alternance des chapitres appelés « Champ » et des chapitre appelés « Hors-Champ ». Dans les chapitres « Champ » le texte est rédigé à la première personne et le lecteur est placé du point de vue de Léonor l’héroïne. Dans les chapitres « Hors-Champ » le récit se fait à la troisième personne et le lecteur est extérieur à l’action. Cette reprise du langage cinématographique permet de distinguer les actions se passant dans le vaisseau des actions se passant sur Terre. Mais les changements de points de vue dans les romans ne me plaisent généralement pas et Phobos n’a pas fait exception. 

Le pitch est original, du speed dating spatial dans le but de coloniser et de peupler Mars sur fond de télé réalité et pimenté par les plans non avouables d’une multi nationale vénale. Mais malgré toute ma bonne volonté et tous les espoirs que j’avais placé dans ce roman je n’ai pas pu m’empêcher de m’ennuyer. Je n’ai pas réussi à m’attacher aux personnages. Je n’arrivais pas aimer cet univers, à y entrer pleinement. Peut être est ce du au contexte de ma lecture. Si ça n’avait pas été mon premier livre après Harry Potter les choses auraient peut être été différentes. J’attendais en vain que l’histoire commence vraiment. Seules les dernières pages sont palpitantes, c’est à ce moment là seulement que l’histoire démarre réellement. Tout le reste c’est une longue, très longue introduction. 

Mon ressenti de lectrice est donc mitigé. L’histoire ne m’a pas tenu en haleine sauf dans les toutes dernières pages. Je me suis raccrochée au fait que Victor Dixen avait annoncé que Phobos serait une série. Il était alors compréhensif que le premier tome soit un tome d’installation de l’intrigue, que les tomes suivants seront vraiment ceux dans lesquels l’action se développe. Mais que j’ai bien fait de m’accrocher ! Maintenant que l’action est en place il me tarde vraiment de lire la suite. Ca tombe bien, elle est déjà dans ma PAL. Je vous en reparle bientôt.

Elle